L'actu du Nîmes Olympique

le 23 septembre 2013

Nîmes Olympique : Victor Zvunka attend une révolte de ses joueurs

A la veille d’aller défier Niort, ce mardi soir, les Crocos se retrouvent 17e et premier non-relégable au classement de Ligue 2. Une situation inexplicable pour l’entraîneur Victor Zvunka qui aimerait que son groupe se réveille enfin. « J’ai besoin de joueurs qui se retroussent les manches et qui courent sur tous les ballons ». Le message ne peut être plus clair…

« Incompréhensible. » Depuis vendredi, soir de défaite contre Arles-Avignon (1-2), Victor Zvunka a beaucoup cogité, beaucoup réfléchi. La question est la suivante : comment peut-on si bien jouer en 2e mi-temps à Metz et si mal sept jours plus tard aux Costières, le tout avec les onze mêmes joueurs sur la pelouse ? Incompréhensible, c’est vrai. Mais il va bien falloir trouver des solutions. Sous peine de se retrouver relégable à la fin de cette semaine à deux matches, à Niort (13e, invaincu à domicile) et contre Clermont (7e, meilleure défense de L2).

Une remise en question

Voici le fruit de la réflexion de l’entraîneur des Crocos : « Qu’est-ce que l’on peut faire ? La première solution, c’est une remise en question individuelle et mentale. Quand je revois nos matches, je crois que c’est plus dans la tête qu’autre chose. Le physique, ça va (Nîmes est 16e au classement de la 1re mi-temps, 9e sur la 2e période, NDLR). Les qualités (techniques), ils les ont. Ils l’ont montré la saison dernière. Alors, il va falloir en bousculer plus d’un. »

À l’évidence, les cadres ont besoin d’être secoués. Témoin, déjà, la grosse engueulade de mardi dernier à l’entraînement. Le staff technique avait mis en place une opposition entre titulaires (le onze de départ du derby) et remplaçants. Au quatrième but des “coiffeurs”, l’entraîneur a arrêté les frais…

« Il faut peut-être j’aligne plus de bûcherons »

Le coach Vendredi, Arles-Avignon, ce n’était pas génial, sûrement pas la meilleure équipe que Nîmes ait rencontrée cette saison, mais « ils avaient envie, ils nous sont rentrés dedans ». Des “méchants”, Zvunka n’en a pas beaucoup dans son effectif. C’est un avantage et un inconvénient. « Ça fait un bout de temps que l’on fait des réunions, sans qu’il y ait une réaction derrière. Je ne sens pas de révolte, de caractère. Il faut peut-être que j’aligne plus de bûcherons. On va me dire que le terme n’est pas beau, mais j’ai besoin de joueurs qui se retroussent les manches et courent sur tous les ballons. Oui, il y aura certainement des changements à Niort. »

Poulain sera sur le terrain

À commencer par la rentrée de Poulain. Le capitaine nîmois n’est ni Messi ni le messie, mais son (deuxième) retour ne peut pas faire de mal à une formation qui encaisse quasiment deux buts par rencontre (13 en 7 journées, avant-dernière défense de Ligue 2). « Poulain sera sur le terrain, il jouera, confirme Zvunka. Il ne faut pas penser qu’il va faire un match exceptionnel tout de suite, mais je pense que l’on peut compter sur lui dans les moments difficiles. Ça va peut-être rassurer ses coéquipiers… » Le seul (bout de) match que Poulain a joué, Nîmes Olympique l’a gagné : 3-2 contre Troyes. À ce jour, c’est le seul succès gardois en championnat. Capitaine… et porte-bonheur ?


source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , ,