L'actu du Nîmes Olympique

le 03 mai 2013

Ligue 2 : face à Châteauroux, Nîmes doit passer la sixième

Scotchés à cette 6e place, les Gardois veulent se rapprocher du podium.

Il est peut-être temps de s’en débarrasser. Depuis deux mois et demi, les Nîmois sont scotchés à une 6e place qui leur colle à la peau. Certes, c’est leur meilleur classement de la saison. Mais ça ne leur suffit plus.

« En début de saison, on aurait trouvé ça super, avoue Victor Zvunka. Mais à quatre journées de la fin, on a envie de se rapprocher de la troisième place. Après l’égalisation de Dijon à la 93e (1-1 aux Costières le 12 avril), je pensais que c’était fini. On court après des adversaires qui sont devant depuis des mois… »

Si les coéquipiers de Poulain n’ont jamais été aussi près du podium et de la montée, ils sont encore à trois points de Guingamp. La Ligue 1 passe certainement par un sans-faute, soit quatre victoires.

 

brightcove.createExperiences();

 

Nîmes veut gagner, Châteauroux ne pas perdre

Les Crocos vont jouer pour gagner. Les Berrichons, c’est moins sûr. « On n’a jamais trop subi à l’extérieur. On a une équipe portée vers l’avant, et on a souvent fait le jeu. Pour eux, un point serait peut-être une bonne opération. Ils ont un calendrier difficile, et ils ont été très prudents lors de leurs deux derniers matches (1-0 contre Niort et 0-0 à Auxerre) », a constaté le coach gardois.

Peut-être parce qu’ils venaient de perdre leur invincibilité à domicile, en s’inclinant coup sur coup face à Angers (2-3) et Nantes (0-4). Après avoir passé deux tiers du championnat en milieu de tableau, les Berrichons ne sont pas sauvés. Le 18e, Le Mans, n’est qu’à quatre points.

Le « scandale » de la pelouse synthétique

Victor Zvunka est plutôt du genre naturel. Pas étonnant, dès lors, qu’il n’aime pas la mode des pelouses synthétiques. Les Nîmois s’y frotteront ce soir. Pour se préparer, ils se sont entraînés toute la semaine sur le terrain en gazon artificiel de la Bastide. Hier matin, les lucarnes ont d’ailleurs été nettoyées…

« En tant qu’entraîneur, je ne fais aucune différence, assure-t-il. Mais en tant qu’amoureux du ballon rond, je trouve que c’est un scandale de jouer là-dessus. C’est de la pub, un beau terrain, propre, sans tacles : ce n’est pas du foot. » Et Zvunka de reconnaître que cela « favorise les équipes techniques ». Et son carré magique Ogunbiyi-Gragnic-Benezet-Nouri ? Comme souvent, il avait sévi à l’aller aux Costières : 2-0, buts de Gragnic et Benezet. Un score qui aurait pu être plus large…

3 Zvunka, jamais deux sans trois… montées ? Avec les Castelroussins, Zvunka connaît la recette de l’accession. Lors de son premier passage dans le Berry, il les a fait monter deux fois : du National en Ligue 2 en 1994, et en Ligue 1 en 1997. Avant d’être rappelé de 2003 à 2005. « Oui, j’ai laissé ma marque là-bas. Certains aimeraient peut-être que je revienne une troisième fois », glisse-t-il malicieusement. Il aurait pu rajouter : « Mais pas avant d’avoir fait monter Nîmes Olympique. »


source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , ,