L'actu du Nîmes Olympique

le 24 août 2013

La défaite sans surprise de Nîmes à Tours (1-3)

Devant une équipe tourangelle en pleine forme, les Nîmois, privés de plusieurs éléments défensifs, n’ont jamais été, vendredi soir, lors de la quatrième journée de Ligue 2, en mesure de s’imposer. Ils ont même produit une première période catastrophique…

C’est un déplacement qui s’annonçait difficile. Il l’a été. Sans Poulain, Sartre et Merville en défense, et face à un adversaire qui venait de gagner 4-0 à Châteauroux, les Nîmois n’ont pas existé en première période. Ils ont remporté la deuxième, mais c’est une bien maigre consolation. Les Tourangeaux auraient pu mener dès la… 40e seconde. Un corner tiré en deux temps, repris par Kouakou au point de penalty, obligeait déjà Michel à se détendre. Ce n’était pas bon signe.

Ouverture du score de Tours méritée

Six minutes plus tard, deuxième corner, deuxième occasion : Chavalerin trouvait la tête de Delort, juste au-dessus (7 e ). Ça chauffait. Ça brûlait : mauvaise passe de Fanchone, ouverture immédiate de Ketkeophomphone en plein cœur de la défense nîmoise, et Kouakou trompait Michel (1-0, 24e ). Amplement mérité.

Aucune réaction nîmoise

Lors des quatre premiers matches de la saison (trois fois en L2 et une en Coupe de la Ligue), les Crocos avaient toujours ouvert le score. On allait pouvoir tester leur capacité de réaction. On a vu. Ou plutôt on n’a rien vu. Delort se jouait de Cordoval et centrait au cordeau pour la tête piquée de Ketkeophomphone. 2-0 (37e ). Un coup sur le côté gauche, un coup sur le côté droit, même punition. Il ne manquait plus qu’un coup de pied arrêté : Bergougnoux trouvait encore la tête de Ketkeophomphone, sans opposition dans la surface. Et de trois (44e ).

Le président Gazeau dans les vestiaires à la pause

Sitôt la mi-temps sifflée, on voyait le président croco, Jean-Louis Gazeau, descendre aux vestiaires… Fanchone payait les pots cassés et sa mauvaise relance sur le premier but : il était remplacé par Robail (46e ). Koura, qui n’a pas pesé au poste d’avant-centre, sortait aussi dans la foulée, suppléé par Hsissane (53 e ). Puis Zvunka rappelait sur le banc Gragnic, semblant vouloir le préserver. Ça ressemblait presque à un acte de capitulation.

Un but pour l’honneur

Nîmes olympique avait-il abdiqué ? Pas son capitaine, en tout cas : Bouby prolongeait de la tête un coup franc d’Ogounbiyi pour le but de l’honneur (3-1, 64e ). Celui de l’espoir ne vint jamais, malgré de nombreuses tentatives de Boche, Hsissane, Ogounbiyi ou Amewou. Les Gardois ont mieux fini, mais ils avaient trop mal commencé pour ramener quelque chose d’Indre-et-Loire.


source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , ,