L'actu du Nîmes Olympique

le 19 septembre 2013

Football (L2) / Nîmes : Riad Nouri : « Je suis milieu de terrain »

Il voulait retrouver son côté droit. Mais son retour dans cette position n’a pas été concluant. De plus, Benmeziane peine à s’imposer dans l’axe. Ce vendredi, comme à Auxerre et à Metz, Riad Nouri, trois buts au compteur, évoluera donc encore en pointe de l’attaque croco où il a excellé l’an passé. Entretien avec le joueur à la veille de la rencontre qui opposera l’équipe du Nîmes Olympique à Arles-Avignon, pour la 7e journée  de championnat de Ligue 2.
 

De l’extérieur, on a l’impression que vous êtes moins souriant que l’an passé…

Non, je suis toujours le même. Si vous veniez dans les vestiaires, vous verriez que je suis celui qui rigole le plus avec mes partenaires. Après, quand on n’a pas de bons résultats, c’est dur d’avoir le sourire et de montrer aux gens qu’on est heureux.

Sur un plan personnel, comment jugez-vous votre début de saison ?

Il est mitigé même si cela ne m’était jamais arrivé de marquer autant d’entrée. Je ne suis pas encore à 100 %. Il y a toujours un coup de mou après la préparation d’avant-saison et j’ai quelques pépins physiques. Ma cheville gauche me fait vraiment mal depuis juillet et actuellement, avec une inflammation entre deux os, c’est compliqué, la douleur s’est accentuée. Ça devrait passer. En attendant, je serre les dents. Octobre et novembre arrivent, ce sont des mois où l’on est en pleine bourre.

À Metz, Victor Zvunka vous a remis attaquant axial, un poste qui semble mieux vous convenir.
Qu’en pensez-vous ?

Vu mes prestations, on a l’impression que je suis mieux dans l’axe où je me suis habitué à évoluer. Mais je suis milieu de terrain. Mon poste, ça reste milieu droit même si j’ai des repères à reprendre pour retrouver mon niveau car je les ai un peu perdus ces six derniers mois. Maintenant, c’est vrai que dans l’axe, je me sens bien car je ne suis pas le genre d’attaquant à rester collé aux défenseurs, à jouer en pivot, à aller chercher des ballons de la tête, ce n’est pas trop mon jeu. Moi, je préfère plutôt les espaces, avoir le ballon dans les pieds. J’aime bien bouger et décrocher, me balader un peu partout, c’est ce qui pose problème aux défenseurs, d’autant plus qu’avec “Vince” (Vincent Gragnic), on varie, on permute, parfois c’est lui qui se trouve devant et moi en soutien. En résumé, je fais les efforts et, même si elles sont moins longues dans l’axe, les courses d’un milieu de terrain avec un peu plus de présence dans la surface, voilà.

Un mot sur le match de demain…

C’est un rendez-vous très important. Arles-Avignon ou une autre équipe, on n’a plus le choix : c’est la victoire et uniquement la victoire. Après avoir, je le pense, perdu deux points à Metz, ce serait bien de rassurer notre public et de se rassurer nous-mêmes. On va jouer trois de nos quatre prochaines rencontres à domicile. Il ne faut pas se leurrer, il faudra gagner les trois pour rattraper les équipes de tête.


source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , ,