L'actu du Nîmes Olympique

le 22 novembre 2013

Football / Istres – Nîmes : s’extérioriser, enfin !

Dix-septièmes et premiers non-relégables, les Crocos veulent profiter de leur déplacement à Istres, 19e, ce vendredi soir à 20 h, à l’occasion de la 15e journée de Ligue 2, pour mettre fin à quatre défaites d’affilée à l’extérieur.

Il n’y a plus de temps, ni de matches à perdre. Treize points en 14 journées : Nîmes olympique (17e) avance à un rythme de relégable qu’il n’est toujours pas. Mais qu’il ne va pas tarder à devenir s’il continue comme ça.

Les joueurs ont-ils lâché leur entraîneur ?

“Comme ça”, c’est sans âme, sans détermination, sans génie, sans réussite. Au point que de plus en plus d’observateurs se demandent si les joueurs ne sont pas en train de lâcher leur entraîneur. « Je ne pense pas, répond Poulain. Il y a de l’envie, mais pas suffisamment par rapport à notre situation et notre classement. »

Poulain : « Certains doivent se reprendre en main »

Et le capitaine de tenter de secouer son groupe : « Les signaux ne sont pas positifs. Certains doivent se prendre en main. Les choses n’arrivent pas toutes seules. Pour que la chaîne collective se remette en route, chacun doit tirer de son côté, et ne pas attendre d’être tiré par les autres. »

Six défaites en neuf matches

Si, blessé, il a beaucoup manqué en début de saison, le patron de la défense nîmoise se dit aujourd’hui « très impliqué dans les résultats. En tant que capitaine, j’ai une responsabilité supérieure dans les défaites ». Depuis deux mois, elles s’enchaînent dangereusement : les Crocos ont cédé dans six de leurs neuf dernières rencontres. Avec l’élimination en Coupe de France (2-1 à Dijon samedi dernier), ils restent sur trois revers consécutifs. Et quatre d’affilée à l’extérieur.

La dernière victoire à l’extérieur, il y a sept mois

En championnat, ils n’ont plus gagné depuis sept mois en déplacement (2-1 à Lens, le 20 avril dernier). « On dit tout le temps qu’il ne nous manque pas grand-chose, qu’on perd par un petit but d’écart. Mais ce qu’on fait ne suffit pas. À Dijon, ceux qui ne sont pas titulaires habituellement n’ont pas été à la hauteur », reconnaît Victor Zvunka. Et l’entraîneur d’en appeler à la « rébellion, à l’amour-propre, le combat, la solidarité ».

Zvunka en appelle à « la rebellion et l’amour-propre »

Après avoir chuté face à la lanterne rouge bastiaise, les Nîmois “s’attaquent” à l’avant-dernier, Istres. Zvunka purgera dans les tribunes du glacial Parsemain le troisième de ses quatre matches de suspension. « Naturellement, un nul serait un bon résultat », annonce le coach. Il n’a pas oublié qu’il avait « poussé (sa) première gueulante de la saison face à Istres (défaite 3-0 en amical à la mi-juillet, NDLR). Tout le monde s’était effondré. Ça m’avait alerté. » Déjà, à l’époque…

Nouri : « Un tournant »

« Ce match est un tournant pour les deux équipes. Le groupe vit bien. Il manque juste les résultats. Ramener enfin un point de l’extérieur, ce serait pas mal », abonde Nouri. En ce moment, les Gardois ne font pas les difficiles. L’ancien Istréen, qui évoluera sous les yeux de sa femme et de ses parents, semble débarrassé de ses douleurs au genou.

Pour mettre toutes les chances de leur côté, les Nîmois ont filé dans les Bouches-du-Rhône dès hier après-midi. Une décision qui répondait à un « besoin de rassembler les troupes. On en a parlé avec le président. À match particulier, préparation particulière, justifie Zvunka. On voulait montrer aux joueurs que l’on prenait ce match très au sérieux ». En espérant que ça commence enfin à rigoler…


source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , ,