L'actu du Nîmes Olympique

le 25 septembre 2013

ça ne s’arrange pas pour Nîmes

Battus à Niort mardi soir (2-1), les Crocos, qui viennent d’enchaîner deux défaites de rang et cinq matches de championnat sans victoire, restent collés à la 17e place de Ligue 2. Premier non rélégables, ça va mal.

Ils ne sont pas relégables mais ils ont encore perdu du terrain, étant juste sauvés par un meilleur goal-average. Avec ce deuxième revers de rang, à Niort (2-1) les Nîmois se sont mis dans une drôle de situation avant la venue, ce vendredi, de Clermont. Vous avez dit pression ?

À dix minutes de la pause, ça a logiquement fini par faire mal… Deux fois, déjà, Merville avait sauvé la mise, repoussant avec brio et conviction les frappes de Houla (7e et 31e), la seconde terminant son chemin sur la transversale. Lui qui était aussi sorti tacler un ballon chaud devant Sala (17e) ne pouvait rien sur la reprise de Fleurival, à l’entrée de la surface, contrée au passage avec bonheur par Roye (1-0, 35e).

Deux buts encaissés contre une des pires attaques de L2…

Ce but de l’une des pires attaques de L2 concrétisait un petit quart d’heure de domination un peu plus prégnante de la part de Niortais qui avaient jusque-là fait preuve de beaucoup d’approximations et de fébrilité. En face, les Gardois avaient tenté de défendre assez haut et les trois corners obtenus signifiaient qu’ils n’avaient pas hésité à aller de l’avant, notamment avec les combinaisons entre Ogounbiyi et Koura.

Hélas, les Nîmois n’avaient jamais su ni pu se mettre en véritable situation de marquer. Benmeziane, au final très discret et rarement trouvé par ses partenaires, avait été devancé sur un centre de Koura (2e), ce dernier, lancé en profondeur, étant repris par Koukou (30e), dix minutes après avoir expédié un centre au… troisième poteau.

Manque de justesse technique, de confiance, d’automatismes

Si on était loin de la bouillie servie devant Arles-Avignon, avant tout dans l’implication, le mieux n’était que léger. C’est à l’arraché que Nîmes parvenait à jouer, manquant par trop de justesse technique, de confiance et d’automatismes, avec son attaque new-look, pour prendre à défaut des Chamois pourtant guère bondissants même si Merville devait dès la reprise se détendre pour repousser des poings une tête puissante de Houla (53e).

Au cœur du deuxième acte, les Crocos donnaient quelques sueurs froides à des Niortais tremblotants, qui ne s’attachaient plus qu’à défendre leur but d’avance. Mais leur volonté était plus qu’insuffisante pour inquiéter Delecroix. Pourtant, après le penalty de Rocheteau (faute de Poulain sur Hébras, 2-0, 86e), il y avait la réduction du score de Cissokho (2-1, 90e+1) et, au bout du temps additionnel, l’unique arrêt de Delecroix devant Ogounbiyi. Quand rien ne va…


source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , ,