L'actu de Montpellier

le 16 mars 2013

MHSC-Troyes : Montpellier vise un 9e succès consécutif à domicile

Pour continuer à croire à l’Europe, le MHSC doit enchaîner un 9e succès de rang chez lui.

La série a de quoi donner le vertige. Plus encore que la remontée au classement, où le Montpellier Hérault, 7e désormais, rattrape à l’arraché les points égarés lors de la première partie de saison.

Le MHSC peut établir un nouveau record

Ce soir, face à Troyes, les partenaires de Gaëtan Charbonnier, probablement aligné à la pointe de l’attaque à la place d’un Emanuel Herrera défaillant à Nice, peuvent faire mieux que les coéquipiers d’Olivier Giroud la saison dernière, qui avaient aligné huit succès de rang à La Mosson, entre la 20 e et la 33 e journée, pour aller cueillir au final le titre historique de champion de France.

En enchaînant un 9 e succès de rang sur sa pelouse, ce soir, le MHSC peut établir un nouveau record. Personne n’a fait mieux cette saison dans l’Hexagone. Et personne, bien sûr, n’a fait mieux précédemment au club, du moins en L1, y compris lors de la saison référence, en 1987-88, quand les 15 succès à domicile avaient été entrecoupés de trois matches nuls et une défaite.

« C’est mieux, dans le football, quand on se prépare dans de bonnes conditions »
René Girard 

« C’est notre parcours à la maison qui fait qu’on en est là aujourd’hui, constate lucidement René Girard. On est revenu à notre place, qui nous permet de continuer à jouer dans la cour des grands. » Plus qu’un neuvième succès de rang, qui écrirait très symboliquement une nouvelle ligne unique dans l’histoire du club, l’entraîneur montpelliérain et ses joueurs auront surtout à cœur, ce soir, de relancer leurs ambitions européennes, freinées à Nice le week-end dernier (défaite 2-0), après trois succès consécutifs sans but encaissé.

« J’ai ma petite idée »

Le contexte est plus favorable. L’ouragan Maradona est passé et quelque chose d’une sérénité, réelle ou de façade peu importe, est revenu cette semaine à Grammont. « À Nice, on est passé à côté, plaide encore Girard. Ça peut arriver. Pourquoi ? J’ai ma petite idée. Mais ça ne remet rien en cause. » Et de poursuivre, plus loin : « C’est mieux, dans le football, quand on se prépare dans de bonnes conditions. »

À l’unisson, ses joueurs n’ont pas cherché cette semaine de fausses excuses au moment d’aborder le relégable troyen. « Le contexte avant Nice a pu jouer mais ce serait se défausser que de dire qu’on a perdu à cause de ça, souligne ainsi Bryan Dabo. C’était d’abord notre faute à nous. Quand on est sur le terrain, on ne pense pas à ce qui se passe en dehors. »

Sans faire de l’Europe « une obsession » 

Pour renouer le fil de leur ambition, les Montpelliérains, toujours privés de Cabella, Saihi et Estrada notamment, devront d’abord effacer la mauvaise impression laissée par le non-match livré à Nice. « Là-dessus, je n’ai pas de doute, lance d’ailleurs le coach, le maintien d’ores et déjà acquis au contraire de son adversaire du soir. Qu’est-ce qu’il peut nous arriver ? On doit jouer le plus librement possible, se faire plaisir. » Sans faire de l’Europe « une obsession » mais en rappelant qu’une troisième qualification en quatre ans sur la scène européenne serait, comme un 9e succès ce soir, une façon supplémentaire de laisser une trace durable au club.


source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , , , ,