L'actu de Montpellier

le 06 août 2013

Jean Fernandez : « On sera prêt »

Après un gros mois de préparation et à l’orée d’une nouvelle saison, l’entraîneur du MHSC fait le point.

Quel regard portez-vous sur l’effectif avec lequel vous travaillez depuis six semaines maintenant ?

C’est un groupe, d’abord, qui a été très rajeuni. Beaucoup de joueurs sont partis, des cadres importants comme Belhanda, Utaka, Estrada, Bédimo. Mais il reste de la qualité. Il y a un bon état d’esprit et de l’implication dans les entraînements. Ce sont des garçons sérieux, qui travaillent bien, qui s’entendent bien. Le groupe est sain mais, je me répète, on manque d’expérience. Il ne reste que deux-trois tauliers. Je pense à Vito (Hilton), Souley (Camara), Daniel (Congré). On aura certainement la qualité et les défauts de la jeunesse mais je suis convaincu qu’on va progresser dans le temps.

Ça veut dire qu’il reste de la marge…

On n’est pas encore prêt à 100 % mais on s’en rapproche. Il faut comprendre qu’on redémarre un cycle. Les gens pensent qu’on est toujours une grande équipe mais on n’a pas vocation à être champion ou à jouer la Ligue des champions tous les ans ! L’objectif premier, c’est d’abord de pérenniser le club en Ligue 1, de former des joueurs, les faire grandir. Ça ne veut pas dire que je n’ai pas d’ambition. J’ai envie de gagner tous les matches mais il faut être réaliste aussi.

Quel bilan faites-vous de cette période de préparation et des sept matches disputés ?

Après six semaines de préparation, il y a toujours quelques incertitudes mais d’abord le sentiment d’avoir bien bossé. Le gros point positif, c’est notre solidarité défensive. C’est important, c’est la base, même, je dirais. L’équipe avait pris beaucoup de buts la saison passée. Là, on est mieux. La défense tient la route. Après, on a essayé de trouver des automatismes devant, on a fait des choses intéressantes mais ce n’est pas suffisant sur le plan du jeu et sur le plan offensif. On doit encore travailler ça.

Devant, il vous manque clairement de la profondeur…

On le sait depuis le début. C’est une pièce essentielle qui nous manque encore dans notre système. Le club sait qu’il nous faut un attaquant dans ce profil-là, qui sache prendre la profondeur. Le président en a fait une priorité, moi aussi. Il ne faut pas se tromper. Pour l’instant, on n’a pas trouvé.

Ça vous inquiète ?

On serait mieux avec mais je fais avec les joueurs que j’ai. Si le nouvel attaquant peut arriver dans la semaine, tant mieux mais sinon, on s’adaptera.

Il y a aussi quelques blessés, déjà. Est-ce un souci ?

Il aurait mieux valu qu’ils soient tous là pour le début de saison ! Pour Bakar, je pense que ça va aller vite. Ce qui me chagrine le plus, c’est l’absence de Saihi. C’est un joueur important, un joueur leader, fort au milieu dans les duels avec une bonne relance derrière. J’espérais qu’il allait reprendre plus vite. Malheureusement, le protocole de récupération est plus long que prévu. Il a recommencé à trottiner mais, sachant qu’il est “out” depuis novembre dernier, il faudra être patient. C’est clair que l’absence de ces 2-3 joueurs, je pense aussi à Aït-Fana, c’est un peu embêtant. On serait plus fort avec eux. Ce sont les aléas d’une saison. On commence un peu timidement.

Sentez-vous déjà, malgré tout, une certaine effervescence à l’approche du match contre le Paris SG ?

Il y a une certaine excitation, oui. Il y a de l’effervescence et on se pose beaucoup de questions en même temps, avant deux premiers gros matches, contre Paris puis à Monaco. Mais je suis convaincu que le groupe sera prêt.

Montpellier peut-il encore rivaliser avec ce PSG ?

Sur le papier, c’est compliqué. Entre eux et nous, même si on dit que ce sont les deux derniers champions, il s’est créé en deux ans un déséquilibre incroyable. Mais, sur un match, tout est possible. On a une équipe très jeune mais les joueurs ont envie d’y être, on jouera chez nous, dans un stade plein. C’est un beau challenge et on a tous envie de faire un bon résultat.

L’objectif, c’est toujours de finir dans les dix premiers ?

Si on fait une super saison, oui, on doit finir dans les dix premiers. Aujourd’hui, c’est difficile d’envisager beaucoup plus haut. Ce n’est pas manquer d’ambition mais, je le répète, on a d’abord un groupe jeune, en devenir. Après, si on fait une grande, grande saison, on peut titiller plus haut mais l’idée raisonnable, c’est la première partie de tableau en essayant de développer un football de qualité, d’être intransigeant sur les matches à domicile. On pourra faire un premier bilan fin août après avoir déjà passé quatre premiers matches très costauds.



source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , , , , ,