L'actu de Montpellier

le 04 mai 2013

Football : Montpellier reçoit Brest à la Mosson

Les derniers matches peuvent poser les bases du futur MHSC. On le vérifiera dès samedi soir (20h) avec la venue à la Mosson de l’équipe de Brest, une équipe au bord de l’abîme et qui cherche des points pour rester en Ligue 1 la saison prochaine.

La plaine de Grammont a, depuis quelques semaines, des allures de chantier. Grues et tractopelles s’affairent pour remodeler un centre d’entraînement désormais propriété du club. Le tout sous la houlette de Jean-Pierre Massines, ex-président du club de rugby local et spécialement embauché pour superviser cette mue. Certains pourraient y voir le contraste entre un MHSC profitant d’un côté des dividendes de son titre pour se structurer un peu plus et sabordant de l’autre sa fin de saison à travers un manque radical d’union sacrée. D’autres y verront un démontage du décor qui a accompagné René Girard pendant quatre ans. Avant de bâtir autre chose, sur les vieilles fondations.Car Montpellier écrira toujours ses histoires avec la même encre colorée : le cœur, la jeunesse, la passion. Quand il lui manque au moins un de ces ingrédients, il n’est plus totalement lui-même.

Une année morose après le titre de 2012

L’entrée dans l’âge adulte est sans doute autant affaire de patrimoine que de maturité psychologique. On ne s’étendra pas à ce sujet sur l’annonce précoce du départ de René Girard, l’arrivée prochaine de Jean Fernandez et les départs aussi vite programmés de plusieurs joueurs. Le mal est fait et les quatre points pris sur vingt-et-un possibles depuis la victoire contre Rennes sont la meilleure preuve que le ressort n’est pas seulement cassé : il s’est enterré dans les gravats du domaine de Grammont.

L’amour du maillot et du public

Abandonner deux points à Troyes, relancer Bordeaux, s’incliner dans le temps additionnel contre Lyon puis Ajaccio : tout cela incite à la prudence, même contre un visiteur brestois à l’agonie (sept défaites de rang) et déchiré par ses rivalités internes. Que reste-t-il alors aux Montpelliérains pour pimenter leur fin de saison ? L’orgueil, l’amour du maillot et du public. Le respect d’un club qui perd quelques centaines de milliers d’euros de primes de classement à chaque place perdue. La beauté gratuite et inestimable de s’offrir, à eux et à leur coach, une sortie digne de tout ce qui a été écrit en lettres d’or il y a bientôt un an. »C’est sûr que battre Brest préparerait un peu notre der’ à domicile contre Lille avec un petit plus au niveau de la motivation », reconnaît René Girard.

Relancer l’équipe

 À mesure que le mot fin approche sur l’écran un peu noir de cette saison, René Girard dissimule de plus en plus mal sa difficulté à remotiver ses joueurs. « L’esprit est là, assure-t-il, les garçons sont bien mais il manque le petit plus. Je ne sais pas ce qu’il faut faire pour ça. Peut-être que je vais les enfermer dans le noir vendredi soir… » Rallumer la lumière, c’est bien le concept. Car la dynamique d’une fin de saison conditionne souvent le début de la suivante. Et s’il ne sera plus là pour le voir, René Girard peut contribuer à projeter ce Montpellier dans l’après en donnant du temps de jeu à un jeune en devenir comme Teddy Mézague, en redonnant sa chance à Charbonnier ou en plaçant Rémy Cabella dans l’axe, là où il est appelé à briller. Il le fera, ou pas. Parce que la fin d’une si belle aventure commune, c’est aussi la confiance et l’hommage rendus aux cadres qui y ont participé activement. Et il ne nous étonnerait pas que la lumière revienne, ce soir, d’un axe gauche Bédimo-Utaka reconstitué comme aux plus belles heures de ce MHSC. Il y a un an, il y a un siècle, il y a une éternité.


source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , , , ,