L'actu de Montpellier

le 19 avril 2013

Football : Montpellier – Lyon, un bon choc pour se réveiller

Vendredi, pour le compte de la 33e journée de ligue 1, Montpellier accueille l’Olympique lyonnais à la Mosson. Une victoire maintiendrait un infime espoir d’accrocher l’Europe en fin de saison.

Comment cette saison va-t-elle finir ? Montpellier a-t-il la faim et les moyens pour justifier sa réputation de champion sortant ? Va-t-il au contraire amorcer une descente en roue libre jusqu’à la 38e journée et la fin d’un cycle de quatre ans, riche en moments forts ? Les Héraultais répondront sur le terrain, ce vendredi soir, dans un choc contre Lyon qui pend souvent des allures de Clasico du côté de La Mosson et se suffit à lui-même. Parce que Louis Nicollin a horreur de perdre ces matches-là. Et parce que l’OL reste une référence, toujours agréable à épingler à son tableau de chasse.

« Le genre de match qu’il nous fallait pour nous remettre en selle »

Il a fallu huit jours aux Montpelliérains pour digérer la mauvaise cuite bordelaise de samedi (4-2). Une bonne semaine de travail sous le soleil et le discours musclé de Louis Nicollin, mardi, pour laver les têtes et recentrer les responsabilités de chacun.

René Girard René Girard, lui, en appelle aux notions de « fierté et d’honneur » qui ont un peu trop sommeillé dans le mental de ses joueurs, en Gironde. « Aujourd’hui, on est dans un monde de paroles, de discussions, de réunions, ce n’est pas trop mon truc, a concédé le Gardois. Les joueurs sont grands, ils savent qu’ils sont passés à côté. Mais Lyon est précisément le genre de match qu’il nous fallait pour nous remettre en selle. »

« 7e, cela reflète déjà une saison correcte »

Relégué à 6 points des 4e et 5e, Montpellier semble avoir dérivé trop loin de l’Europe. Mais un succès, ce soir, pourrait le relancer dans des proportions inespérées. Il le ramènerait à cinq points de son adversaire du jour, trois de Saint-Etienne, qui devra se coltiner Ajaccio, mercredi, après avoir disputé sa finale de Coupe de la Ligue. Et peut-être à trois points de Nice si les Aiglons font les frais du réveil parisien, ce week-end.

Ça, c’est la théorie. Mais Montpellier a-t-il assez de ressort pour y croire encore ? « 7e, cela reflète déjà une saison correcte » tempère René Girard, qui répète qu’ »il aurait fallu une dynamique plus positive en interne » ajoutant : « beaucoup ont du mal à comprendre certaines choses. C’est pesant, c’est lourd ». Allusion au divorce consommé entre lui et Louis, depuis que le président a officialisé le départ du coach en fin de saison.

Montpellier performant à domicile

Quatre points sur quinze possibles, depuis : la statistique étaye la théorie des dégâts collatéraux. Mais elle coïncide, aussi, avec l’absence de Marco Estrada, régulateur dont Montpellier a beaucoup de mal à se passer. Ça tombe bien, le Chilien est de retour pour épauler Stambouli. Et si Montpellier est un cancre cette saison à l’extérieur, il ne lui déplairait pas de ravir le prix d’excellence à domicile au PSG, le seul à avoir pris plus de points sur son terrain.

La Mosson est un chaudron qui bouillonne encore, à tous les sens du terme. Et Rémi Garde, l’entraîneur d’un OL relancé contre Toulouse mais encore convalescent, pose cette interrogation en forme d’inquiétude : « Montpellier est une équipe très performante chez elle mais je ne sais pas ce qu’elle attend de sa fin de saison ». Messieurs, la vérité est dans votre réponse.


source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , , , ,