L'actu de Montpellier

le 19 avril 2012

Football : Mapou Yanga-Mbiwa, le capitaine du MHSC se livre

Avant le match Montpellier – Valenciennes de samedi, le capitaine héraultais Yanga-Mbiwa se livre et ne cache pas son envie de jouer la Ligue des champions avec son club formateur.

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné à Lorient ?

Beaucoup de choses. Il y avait le terrain synthétique, un 3e match en huit jours. Beaucoup de joueurs avaient tiré sur la corde à Marseille, les jambes étaient lourdes. Quand ça ne marche pas, on sait pourquoi, le coach nous le rappelle et on se remet au boulot !

C’est le rôle du capitaine, aussi, de resserrer quelques boulons ?

Il joue un rôle en général, mais il y a aussi des anciens pour prendre la parole. Après, le capitaine sert parfois de courroie de transmission entre le coach et le groupe, entre les anciens et les jeunes.

Ce brassard de capitaine, c’est un poids ou un honneur pour vous ?

Je prends vraiment plaisir à le porter même si ce n’est pas simple. J’essaye d’assumer car c’est une marque de confiance qui suppose certains devoirs. Oui, je le fais avec fierté. Parler, participer, c’est ce qu’il faut accentuer pour faire avancer les choses.

Parler, ce n’est pas votre truc ?

Sur le terrain, il n’y a pas de problème. En dehors, j’étais beaucoup moins “dedans”. J’essaye de m’impliquer le plus possible avec l’aide de Vito (Hilton), Pitau et Jeunechamp. Mais ça ne sert à rien de parler et de ne rien faire derrière.

On vous dit très pro en dehors du terrain, peu enclin à sortir…

On m’a toujours appris qu’une carrière ne dure pas une éternité. Tant qu’on peut exercer ce métier, il faut le faire à fond, se dire qu’on a tout donné. Après, ça n’empêche de faire une bonne partie de “Play”, de karting ou d’aller boire un verre entre potes de l’équipe.

À 23 ans, avec cinq ans de “pro”, vous êtes déjà un cadre ?

Être jeune et cadre c’est vrai que c’est parfois un peu compliqué. J’ai l’impression qu’on oublie que je n’ai que 23 ans.

Dans quel domaine pensez-vous avoir le plus progressé en L1 ?

(Il réfléchit). Pas facile à dire. Au niveau de la concentration surtout, techniquement ensuite. De toute façon, quand tu es concentré, tous les voyants se mettent au vert.

On a l’impression que vous avez toujours été associé en défense avec Hilton…

Quand j’étais plus jeune, je le voyais jouer, à Lens et c’était un joueur que j’aimais. Je suis content de jouer avec lui. Je suis à l’écoute. Il parle beaucoup, on échange.

Un mot sur l’équipe de France. Déçu de ne pas avoir été appelé ?

(Il soupire) C’est compliqué… Tout le monde y a pensé pour moi en fait. Je ne m’y étais jamais vraiment vu. Le sélectionneur a fait ses choix. S’il ne m’a pas appelé, c’est qu’à 23 ans, j’ai encore à apprendre. De toute façon, il faut aller chez les Bleus pour s’y imposer, pas pour faire des allers et retours.

L’Euro, vous y croyez encore ?

Non. Il ne faut pas s’embarquer dans des trucs impossibles.

Vous sentez-vous en fin de cycle ici. Est-ce qu’il est temps, pour vous, d’aller grandir ailleurs ?

J’y pense. Après, partir maintenant ? Peut-être que c’est trop tôt. On est en train de vivre une belle aventure. On verra. Il y a la possibilité de jouer la Ligue des champions avec son club formateur, ce serait beau. Après, ça ne dépend pas que de moi. Si une offre arrive et que les deux clubs y trouvent leur compte…

Vous êtes sous contrat jusqu’en 2013, si vous restez cela suppose une prolongation de contrat ?

Certainement. Il est de toute façon hors de question de partir libre et que le club ne touche aucune indemnité, ce ne serait pas correct.

Vous n’avez plus d’agent ?

Si. J’ai juste changé. C’est désormais Pierre Frelot et Étienne Mendy (à la place de Guillaume Sola, NDLR).

Franchement, si vous n’êtes pas champion, ce sera un coup dur ?

Personnellement, ce serait une déception. On l’a à portée de main, alors faisons-le ! Je n’ai jamais senti un engouement comme ça. Il faut jouer, tout faire pour gagner nos matches sans se préoccuper des autres. On est vraiment dedans, conscients qu’il y a un truc exceptionnel qui nous attend au bout de ces six matches.


source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , , , ,