L'actu de Montpellier

le 14 décembre 2013

Football / Ligue 1 : Montpellier battu par St-Etienne, flop psychologique à La Mosson

Montpellier encore battu vendredi à domicile par Saint-Etienne (0-1). Pour la première de Courbis, le MHSC a beaucoup subi et encore perdu. Le redressement sera long…

Rolland Courbis avait certainement raison de ne pas croire au fameux choc psychologique et de ne pas se prendre pour un magicien. Il lui faudra plus qu’une baguette magique et certainement un mercato d’hiver bien négocié pour remettre Montpellier d’aplomb, dans sa tête comme sur le terrain.

Il ne s’est pas passé grand-chose

Les Héraultais ont encore sombré face à des Verts solides mais pas forcément géniaux. Montpellier ne pouvait pas espérer beaucoup mieux vendredi, un point peut-être. Et franchement, il faudrait que l’on fasse preuve de beaucoup plus d’imagination que les Héraultais pour vous faire grimper au rideau en vous racontant un tel match. Ou un tel non-match.

Beaucoup de travail pour remettre Montpellier d’aplomb

Il ne s’est pas passé grand-chose, pas grand-chose de neuf en tout cas. Manque de confiance, d’impact, fébrilité sur certaines phases défensives. Courbis a mesuré l’étendue du travail qu’il lui faudra accomplir pour redonner à Montpellier une tête de vainqueur. L’effet Courbis ne s’est pas davantage fait sentir dans les tribunes où seulement 13 000 personnes avaient osé la mise au vert en ce vendredi 13.

Le coach eut droit, quand même, à son ovation et à des chants enflammés de La Butte. L’espoir, à l’évidence, était réincarné mais il n’éclaira malheureusement pas le jeu des Héraultais.

En manque de solutions…

Avec une défense à cinq, Montpellier, trop souvent battu dans les duels, commença très vite à souffrir et à reculer. Mounier et Camara seuls et un peu perdus en pointe, Cabella navigant à vue entre les lignes ennemies, le MHSC manquait cruellement de soutien et de solutions, sans capacité à occuper les couloirs.

Au fils des minutes, la pression stéphanoise aurait même dû se matérialiser au score si Tabanou avait converti l’une de ses deux occasions : une volée repoussée par Jourdren (17e ) puis une frappe juste à gauche du but (29 e ). À part une tête de Mounier au-dessus sur un corner (34 e ), rien à signaler et pas grand-chose à voir côté montpelliérain.

Un peu mieux après la mi-temps

Ça ne pouvait pas être pire après la pause. Ce fut donc un peu mieux. Jouant plus haut, Montpellier s’en allait voir le vert de la surface stéphanoise. Une frappe de Camara déviée par Ruffier, un dégagement raté de Perrin qui faillit finir au fond : le vent de panique côté stéphanois donna à Rolland Courbis l’impression que c’était le moment d’essayer de gagner ce match.

Un passage en 4-3-3 avec Montano à la place de Tiéné aurait dû renforcer cette emprise. Mais dans un douloureux balancier de la réussite, Montpellier paya très vite son audace sur un contre stéphanois rondement mené. Et ponctué par un centre de Ghoulam repris victorieusement au deuxième poteau par Gradel. Au nez et à la barbe d’El Kaoutari, chargé de le marquer depuis le changement d’organisation.

La série noire continue

Ce n’était pas volé sur l’ensemble du match mais cela sanctionnait comme un vilain retour de bâton le regain d’ambition montpelliérain. Le rush désespéré et brouillon du dernier quart d’heure venait se briser sur la digue stéphanoise et ne changeait rien à l’affaire.

Neuvième match sans victoire. Deuxième défaite de rang à La Mosson. Il va falloir continuer à brûler des cierges pour que Valenciennes et Ajaccio ne gagnent pas ce week-end, pour que le père Noël apporte un ou deux renforts à Courbis. Et pour que le coach redonne très vite une âme à cette équipe.



source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , , , ,