L'actu de Montpellier

le 24 décembre 2013

Football / la pire entame depuis dix ans

Avec seulement cinq points et quatre buts marqués lors des dix derniers matches, le bilan à mi-saison du MHSC, 17e de Ligue 1, est inquiétant.

Il faut évidemment mettre entre parenthèses la saison de Ligue 2 (2006-2007) au cours de laquelle Rolland Courbis sauva sur le fil le MHSC d’une relégation en National. Mais, pour les seuls exercices de Ligue 1, il faut remonter dix ans en arrière pour trouver trace d’un début de saison aussi inquiétant.

Quatre points de moins qu’en 2003-2004, lors de sa dernière relégation…

Onze ans même, puisqu’en 2003-2004, saison de sa dernière relégation, le MHSC comptait 21 points à mi-parcours. Lanterne rouge, il n’en avait que 16 la saison précédente avant de se sauver sous la coupe de Gégé Bernardet.

Il faut cependant remonter à la saison 1999-2000 (celle de la première relégation en L2) pour trouver le plus faible nombre de points après 19 journées (14).

Champion du nul (11) et du surplace

Sans battre ses propres records d’inefficacité, Montpellier inquiète donc et réalise de loin sa moins bonne phase aller depuis son retour dans l’élite (2009). Champion du nul cette saison (11) il n’a pas, là non plus, battu de record puisque Bordeaux en totalisait autant au même stade la saison dernière.

Beaucoup de matchs auraient pu basculer en faveur des Héraultais dans le premier quart du championnat. Malchance, maladresse, blessures et cartons rouges ont fait tourner la roue dans le mauvais sens.

Le tournant contre Lille

On a cru, à tort, que le 5-1 à La Mosson contre Lyon servirait de déclic. C’est l’inverse qui s’est produit. De l’aveu même de Jean Fernandez, la défaite subie dans la foulée contre Lille à La Mosson (0-1) a pesé très lourd. Le penalty raté par Cabella, la défaite symbolique contre René Girard, tout cela semble avoir marqué l’équipe qui a alors perdu toute efficacité : cinq nuls et cinq défaites en dix matchs, seulement quatre buts marqués.

Un mois de janvier décisif

L’arrivée de Rolland Courbis à la place de Jean Fernandez n’a pas encore inversé la tendance (1 défaite, 1 nul). L’entraîneur montpelliérain a stabilisé sa défense et va s’attaquer au vaste chantier de l’efficacité offensive avec notamment l’arrivée de Mbaye Niang.

Comme d’habitude, le mois de janvier sera décisif. Les réceptions de Monaco (10 janvier) puis Nice (25 janvier) ne s’annoncent pas comme des parties de plaisir. Il y aura surtout ce déplacement à Sochaux (18 janvier). Un tournant dans la lutte pour le maintien.



source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , , , ,