L'actu de Montpellier

le 09 novembre 2013

Attention, virage dangereux pour Montpellier

Chez Valenciennes, le premier relégable, Montpellier veut se rassurer. Mais risque de se faire bouger lors de la treizième journée…

Il y a toujours quelques matches “charnière” dans une saison. Des rendez-vous à quitte ou double qui peuvent vous permettre de sortir du tunnel du doute ou au contraire vous enfoncer dans le côté obscur et négatif de la force. Le Valenciennes – Montpellier de ce soir se classe dans cette catégorie pour les deux formations.

Requinqué par son succès à Ajaccio (1-3) qui a précipité le limogeage de Ravanelli, Valenciennes, premier relégable (8 points), veut se payer la tête de Montpellier (16e , 13 points) pour se rapprocher à seulement deux points des Héraultais. Pour Fernandez et sa bande, une victoire éloignerait considérablement la zone rouge et anéantirait la perspective d’un mois de novembre gris et glacial.

On croyait que le MHSC avait justement trouvé l’embellie et le déclic dans un rendez-vous similaire face à Lyon, il y a un mois (5-1). Mais à force de laisser des points en route et de retomber dans ses travers défensifs et inoffensifs, Montpellier ne se sort pas de l’inconfort de sa situation. Et se retrouve avec une boussole mal réglée au moment de prendre la direction du Nord.

« On risque d’être dans le dur encore quelque temps »

Jean Fernandez « C’est vrai que c’est un match à enjeu, concède Jean Fernandez. Ils sortent d’un bon match à Ajaccio où ils ont marqué trois buts, ce que l’on n’a pas su faire (1-1, NDLR). Il va falloir du tempérament pour répondre à leur défi physique. »

Le retour en grâce de Pujol en attaque, l’effet psychologique de l’arrivée du Belge Ariel Jacobs à la tête de l’équipe nordiste : tout cela pourrait transformer le stade du Hainaut en enfer rouge, ce soir. D’autant que Montpellier doit encore compenser en défense avec des absences de poids (Hilton et Tiéné). Il lui faut pourtant gagner en rigueur dans ce secteur pour remporter son premier succès de la saison à l’extérieur après trois nuls et deux défaites.

« On prend globalement trop de buts en déplacement, analyse Fernandez. L’état d’esprit, on l’a, on bosse bien mais il faut être plus décisif et savoir concrétiser. »

Gêné en défense, l’entraîneur montpelliérain retrouve au milieu avec Saihi un pion qui va lui permettre de durcir son jeu et de faire jouer la concurrence dans ce secteur. « On n’est pas encore en grand danger, estime pour sa part l’international tunisien, mais c’est vrai que ça ne nous est pas arrivé depuis longtemps d’être 16e du championnat. Il faut redresser la barre. Le groupe en a conscience mais il ne faut pas non plus se mettre trop de pression car ça pourrait nous faire déjouer. »

En fait, tout dépend du visage que les Montpelliérains décideront d’adopter. S’ils subissent et jouent en réaction comme à Monaco ou Bordeaux, le pire est à craindre. S’ils exploitent les espaces comme ils avaient su le faire à Nice (2-2) ou à Évian (2-2), la vitesse de Montano, Bakar et Cabella peut faire mal.

« On risque d’être dans le dur encore quelque temps avec les blessés et le temps de réintégration de Saihi mais je suis optimiste, martèle Jean Fernandez. Je suis sûr qu’il y a devant nous des équipes qui ne sont pas meilleures. »

Ce soir, il faudra surtout montrer que les équipes qui se trouvent derrière ne sont pas plus fortes, ou plus affamées.



source : www.midilibre.fr
crédits photos : www.midilibre.fr


Mots clés : , , , , , ,